Ne laissez pas Google gérer nos villes !

17.00 

Un plaidoyer pour tirer des enseignements du projet de ville Google à Toronto

Frais de port par lettre suivie de 7€ TTC par exemplaire.

Commande maximale limitée à 10 exemplaires. Pour toute commande supérieure à 10 exemplaires, nous contacter

Un ouvrage hors commerce - 232 pages - Édition de l'aube

Description

« Coup de théâtre ! Début mai 2020, prenant prétexte de la crise sanitaire, Google jette l’éponge.

Au Canada, sur les rives du lac Ontario, Sidewalk Labs, une filiale sœur de Google au sein du géant Alphabet, était chargée d’inventer et de construire un nouveau modèle de ville. Une « ville intelligente » entièrement pilotée par la donnée. Mais la smart city de Google ne passait pas. Les oppositions locales étaient très fortes, notamment du fait de la collecte massive des données. Les inquiétudes ont dépassé les frontières, car le géant américain ne s’en cachait pas : son prototype préfigurait un modèle de gestion urbaine adaptable à tous les continents.

En décortiquant le projet de Toronto, l’auteur met en garde les décideurs locaux. Ce qui se joue avec Google fascine et dérange d’abord parce que c’est Google. Mais à bien y regarder, la même chose se joue à nos portes !

La ville intelligente est en passe de devenir une ville privatisée et non démocratique. Les ressorts sont identifiés : captation des données personnelles des habitants, privatisation et perte de souveraineté sur la donnée d’intérêt général, logiques de surveillance, etc. Les moyens d’y faire face sont complexes, et pour une large part restent à inventer. Car l’idée n’est pas de rejeter les innovations qui naissent dans ces territoires. Le pilotage des politiques locales par la donnée est riche de promesses, notamment pour la définition et la mise en œuvre d’actions contre le changement climatique. Mais il faut inventer un cadre de confiance, démocratique et transparent, qui garantisse aux citoyens que leurs données seront utilisées à des fins exclusivement et réellement d’intérêt général. »

 

Un mot de l’éditeur et de l’auteur

Le présent ouvrage a été écrit tout au long de l’année 2019, au fur et à mesure des avancées du projet de Google à Toronto. Son impression était prévue en mars 2020 et sa mise en vente annoncée le 7 mai 2020.

Comme beaucoup d’autres livres, sa sortie a été annulée en raison de la crise sanitaire. Rien ne pouvait laisser présager que, par un hasard de calendrier tout à fait improbable, Sidewalk Labs annonce ce même 7 mai 2020 l’abandon du projet de Toronto !

Désireux de répondre à la demande de lecteurs intéressés par le sujet, l’auteur et l’éditeur ont décidé de l’impression rapide de l’ouvrage et de sa diffusion hors commerce. Cette diffusion a été rendue possible grâce au soutien de trois partenaires : l’observatoire Data Publica et les cabinets Naomis (groupe Keran) et Civiteo.